Vers le haut
09 63 04 60 44

Coût d’un appel local

sacs plastique

thematiques 3 janvier 2016
sacs plastique

Sacs plastique

 

Cette fois, c’est la fin

Après des années de lobbying des fabricants du plastique et des syndicats professionnels du commerce, la suppression des sacs plastique non-réutilisables distribués en caisse est bien maintenue au 1er janvier 2016.
Qu’ils soient donnés ou vendus quelques centimes, les sacs plastique de caisse, c’est fini. Cette fois, c’est pour de bon. Leur interdiction entre en vigueur ce 1er janvier (1). Inscrite dans la loi de transition énergétique votée cet été, cette mesure clôt l’épilogue d’un long feuilleton semé d’embûches. Les clients des hypermarchés ne s’en rendront sans doute pas compte, les pensant déjà interdits à force de ne plus en voir aux caisses. Il y a en effet belle lurette que l’initiative lancée par les centres Leclerc pour les supprimer a essaimé chez les concurrents. Si les grandes surfaces en distribuaient plus de 10 milliards en 2002, on n’en compte que 600 millions aujourd’hui. Pourtant, entre supermarchés, magasins d’alimentation et commerces de détail en tous genres, de la pharmacie à la droguerie, le nombre de ces sacs de caisse est encore de 5 milliards. Pour compléter le tableau, il faut y ajouter les 12 milliards de sacs plastique utilisés pour les fruits et légumes, cette fois tout autant en hypermarchés que dans le petit commerce ou sur les marchés.
C’est catastrophique pour l’environnement. Car, même si une grande majorité de consommateurs les jettent à la poubelle, environ 2 milliards de sacs partent chaque année polluer l’environnement. Quand ils s’accrochent aux arbres, ils gâchent le paysage mais, quand ils arrivent en mer, ils tuent. Les dauphins et les tortues marines, qui les prennent pour des méduses, meurent étouffés. Les oiseaux aussi, qui les confondent avec de la nourriture quand ils se disloquent. Qu’ils soient oxofragmentables, oxodégradables ou oxobiodégradables et réduits en une multitude de particules n’y change rien : les poissons, les crustacés les ingèrent comme du plancton… et le plastique revient dans la chaîne alimentaire !

Dix ans de lobbying intense
Face à cette pollution majeure des mers et de l’environnement, l’Assemblée nationale et le Sénat avaient voté l’interdiction de ceux à usage unique il y a déjà… dix ans. Aussitôt, les lobbies du plastique et les syndicats professionnels du commerce étaient passés à l’action. Avec une efficacité certaine, puisque, si la mesure figure bien dans la loi d’orientation agricole de janvier 2006, le décret nécessaire à son application n’a jamais été publié. À la suite du Grenelle de l’environnement, la loi de finances 2010 est revenue à la charge, en taxant les sacs plastique dans le cadre de la TGAP (taxe générale sur les activités polluantes). Fixée à 10 € par kilo, soit 6 centimes par unité, elle se veut dissuasive. Or, cette taxe n’a jamais vu le jour non plus !
Cette fois encore, l’industrie de la plasturgie et la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) alliée à l’Union professionnelle des détaillants en fruits, légumes et primeurs, ont mené la fronde contre l’interdiction. Si elles ont échoué pour les sacs de caisse, elles n’ont peut-être pas renoncé à la bataille sur les sacs plastique des rayons fruits et légumes. Eux doivent être interdits dans un an, en 2017, s’ils ne sont pas compostables au jardin.

Conseils pratiques
Pour les courses régulières, le choix est vaste entre cabas, paniers, filets, sacs de courses résistants, cagettes et chariots à roulettes.
Pour éviter tout souci de rangement en cas d’achats imprévus, ayez toujours un sac réutilisable avec vous. Bien plié dans son étui, il se glisse facilement dans une poche et il ne prend pas de place dans un sac à main.
Évitez au maximum tous les sacs plastique à usage unique. Ceux qui restent autorisés, dits « fruits et légumes », sont tout aussi polluants que les sacs de caisse interdits.
Les sacs plastique compostables ne seront qu’un pis-aller. Ils ne présentent d’intérêt que si vous les compostez. Sinon, ils finissent comme les autres en décharge ou en incinérateur. La meilleure solution reste de limiter au maximum sa consommation de sacs plastique jetables.

(1) Le décret d’application aurait dû paraître avant la fin du mois de décembre 2015 mais pour des raisons de conformité avec la réglementation européenne, sa publication devrait avoir lieu d’ici la fin du mois de mars de cette année.

source http://www.quechoisir.org/

← Doggy bag conseillé mais pas obligatoire Nouveaux médicaments contre le cancer →

UFC Que Choisir Var-Est

UFC Que Choisir Var-Est

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite