Energie Logement

La grande loterie des diagnostics de performance énergétique

La grande loterie des diagnostics de performance énergétique

Quand on achète ou on loue un logement, le diagnostic de performance énergétique (DPE) fait partie des documents qui sont fournis obligatoirement. Il est devenu un véritable critère de choix d’un logement et, à ce titre, a un impact sur la fixation de son prix.

Quand on achète ou on loue un logement, le diagnostic de performance énergétique (DPE) fait partie des documents qui sont fournis obligatoirement. Il est devenu un véritable critère de choix d’un logement et, à ce titre, a un impact sur la fixation de son prix.

Cinq logements soumis à huit diagnostiqueurs

Nous avons sélectionné cinq logements dans différentes régions de France et soumis chacun d’eux à huit diagnostiqueurs. Chaque logement avait au préalable été soigneusement évalué par notre propre expert, énergéticien et formateur.

Le bilan de notre étude est décevant. Non seulement les prix sont très variables d’un professionnel à l’autre (de 40 à 250 €, selon les cas), mais le classement attribué au logement aussi ! Ainsi, un même logement a par exemple été placé en catégorie D par la moitié des diagnostiqueurs testés tandis que trois le déclaraient en catégorie C et un dernier en catégorie B.

Des consommations qui varient au simple au double
Approximations dans les chiffres, erreurs de méthode… Globalement, près de la moitié des professionnels ont affecté une classe énergétique différente de celle de notre expert.

Dans l’un des logements, un diagnostiqueur a évalué la consommation énergétique à moins de la moitié de la consommation réelle ; dans un autre, le professionnel ne s’est même pas déplacé. Quant aux recommandations fournies dans les rapports, certaines étaient tout simplement irréalisables…

Pas d’amélioration depuis 2009
En 2009, 60 Millions avait déjà testé les diagnostiqueurs immobiliers, avec un constat comparable. Une réforme menée en 2011 était censée améliorer les compétences des professionnels et les inciter à harmoniser leurs outils. Force est de constater que l’objectif n’est pas encore atteint.

Face à la persistance de telles carences, 60 Millions demande que de véritables compétences professionnelles soient exigées des diagnostiqueurs et que leurs outils soient normalisés afin de garantir une interprétation homogène des données.

En attendant, rappelons aux acheteurs et aux locataires que la responsabilité délictuelle du diagnostiqueur peut être engagée devant les juges en cas d’estimation trop fantaisiste et erronée, et alerte les consommateurs sur les risques à se fier au seul DPE pour engager une rénovation énergétique.

Mais que vaut vraiment le travail des diagnostiqueurs ? 60 Millions a cherché à le savoir à travers une étude publiée dans son mensuel de juillet/août.

Articles relatifs

Tarifs sociaux de l’électricité et du gaz vers une automatisation de leur attribution

Pascal SIX

Rénovation énergétique méfiance avant de s’engager

Michel Texier

Fin de la trêve hivernale : comprendre la procédure d’expulsion des locataires avec l’INC

Pascal SIX

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +