Arnaques Banques

Sécurité bancaire : se prémunir des risques du NFC et des nouvelles fraudes

Sécurité bancaire : se prémunir des risques du NFC et des nouvelles fraudes

Les cybercriminels ne sont jamais à court d’imagination pour s’en mettre plein les poches en se servant directement sur nos comptes bancaires. Outre les escroqueries qui se multiplient sur la toile, on assiste à une recrudescence de fraudes réalisées à partir d’un accès physique ou à courte portée des cartes de paiement. Des DAB (Distributeurs Automatique de Billets), aux automates des stations-services, en passant par les terminaux des commerçants et les solutions de paiement sans contact NFC, les malfrats sévissent partout où l’argent circule.

Les techniques de fraudes à la carte bancaire ont beau être connues parfois depuis plusieurs années pour certaines, rien ne semble pouvoir les arrêter. La faute à quelques génies de l’informatique et de la bidouille qui parviennent à contrer toutes les mesures de sécurité mises en place par les établissements bancaires. Les cybercriminels ont souvent un coup d’avance et tirent parti de l’évolution et la miniaturisation des technologies pour parfaire leurs dispositifs de piratage.

Rien qu’en 2013, les sociétés financières américaines ont enregistré une perte annuelle de 8,7 milliards de dollars, dont une grande partie serait due au skimming (fraudes aux distributeurs automatiques de billets et terminaux de paiement). Voici un éventail des fraudes bancaires en plein essor.

Le skimming (qui signifie écrémage en anglais) est une technique frauduleuse qui consiste à piéger les distributeurs automatiques de billets pour collecter les données contenues sur les bandes magnétiques des cartes bancaires, ainsi que leur code confidentiel. Pour récupérer les informations à votre insu, les malfrats utilisent un équipement appelé « skimmer ». Celui-ci se présente sous la forme d’un lecteur de carte qui se superpose à celui du distributeur au niveau de la fente pour copier les pistes, et d’une caméra intégrée au plafonnier ou directement dans le dispositif pour filmer la saisie des codes confidentiels. De faux claviers numériques placés par-dessus les originaux sont parfois utilisés à la place des caméras.

La suite de l’article sur Clubic

Articles relatifs

La caisse d’épargne Loire-Drôme-Ardèche condamnée pour la commercialisation de Doubl’ô

Michel Texier

Fraude à la carte bancaire

Michel Texier

Ouverture d’un Livret BforBank à un taux boosté de 3,30%

Michel Texier