Santé

Les directives anticipées

Les directives anticipées

Lorsque vous êtes hors d’état d’exprimer votre volonté, des directives anticipées préalablement rédigées permettent au médecin et à l’équipe médicale qui vous prennent en charge de connaître vos
souhaits relatifs à votre fin de vie et en particulier ceux concernant la possibilité de limiter ou d’arrêter des traitements. On considère qu’une personne est « en fin de vie » lorsqu’elle est en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause.
Confronté à des situations de fin de vie, le médecin a donc pour obligation de s’enquérir de l’existence de ces directives, d’en vérifier
la validité, d’en prendre connaissance et d’inclure les souhaits qui y sont formulés parmi les éléments sur lesquels va s’appuyer sa décision médicale. Les directives anticipées ne sont cependant pas contraignantes pour le médecin qui en apprécie la portée au vue de la situation.

Quelle forme doivent avoir mes directives anticipées ?

Vous ne pouvez rédiger des directives anticipées que si vous êtes majeur. Il s’agit d’un document écrit qui doit être daté et signé sur lequel vous devez préciser vos nom, prénom, date et lieu de naissance. Si vous êtes dans l’impossibilité physique d’écrire vos directives anticipées, le document n’est valide que si deux témoins attestent par écrit, en précisant leurs nom et qualité, que ce document est bien l’expression de votre volonté libre et éclairée.
À votre demande, le médecin peut ajouter une attestation indiquant que vous êtes en état d’exprimer votre libre volonté et avez reçu les informations appropriées.

  • Quelle est la durée de validité des directives anticipées ?
  • Puis-je changer d’avis après avoir rédigé des directives anticipées ?
  • Quand dois-je rédiger mes directives anticipées ?
  • Comment m’assurer que mes directives anticipées seront prises en compte ?

lire la suite Les directives anticipées

Articles relatifs

Fonctionnement de la démocratie sanitaire

Michel Texier

incroyable, l’ablation d’un rein sans hospitalisation

Michel Texier

Beaucoup reste à faire après la nouvelle loi sur le médicament

Michel Texier