Alimentation DGCCRF Santé

Pesticides dans nos salades en Provence selon la DGCCRF

La DGCCRF nous met en garde

Dans notre panier, chaque année, la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) traque 282 substances actives. Ce qui permet de dresser un appétissant palmarès des fruits et légumes les plus arrosés de pesticides… En tête du classement, les salades d’hiver (laitues, rougettes, batavias, feuilles de chêne). Environ 1 sur 5 contient plus de pesticides que la dose autorisée, mais aussi du brome. Attention aux salades en provenance de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Lors de ses derniers contrôles, la DGCCRF a détecté des pesticides à haute dose sur la moitié des échantillons achetés ! – A surveiller aussi : les poivrons, les piments, les lentilles, les épinards et les haricots frais non écossés

Les contrôles sanitaires sont-ils assez fréquents ?

Officiellement, oui. Au même titre que les médicaments, les produits « phytopharmaceutiques » ne peuvent être vendus sans autorisation préalable. Pour chaque produit, une dose maximale est définie : la dose journalière admissible ou acceptable (DJA). Elle indique la quantité de produit qu’un être humain peut ingérer chaque jour sans danger pour sa santé. Les manquements à cette réglementation sont pointés du doigt par la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Mais ces contrôles ne prennent pas en compte l’effet cumulatif. On ingère donc chaque jour des tas de substances actives différentes, sans bien en mesurer les conséquences.

source : http://sante.planet.fr/conseils-nutritionnels-pesticides-que-risque-t-on-vraiment.1575.72.html?page=0%2C1

Articles relatifs

Approvisionnement en médicaments, l’Académie de pharmacie s’alarme

Michel Texier

informations à destination des victimes du Médiator

Michel Texier

Médicaments Alzheimer, note dégradée

Michel Texier