Santé

Projet de loi santé, encore du chemin à faire

Projet de loi santé, encore du chemin à faire. Voici un point sur ce projet, avant d’être analysé par le Sénat.

Au-delà du bras de fer entre la ministre de la Santé et les médecins sur le tiers payant généralisé, le projet de loi Santé signe des avancées sur le terrain de la nutrition, mais manque d’ambition sur les déserts médicaux et la lutte contre l’obésité.

Votée par l’Assemblée nationale le 14 avril 2015, la loi Santé sera examinée par le Sénat dans le courant du mois de mai. Avant la reprise des débats, voici une analyse des changements adoptés, du moins provisoirement.

 Nutrition

– L’étiquetage nutritionnel simplifié sur les emballages, sur la base du volontariat des distributeurs et fabricants, est une revendication ancienne de l’UFC-Que Choisir. Si les sénateurs confirment ce principe, un décret et un suivi rapproché de son application seront nécessaires pour s’assurer de sa bonne mise en œuvre.

– La suppression des fontaines à soda en libre-service relève du bon sens.

– L’UFC-Que Choisir avait renouvelé sa demande d’encadrer la publicité en faveur des produits gras et sucrés aux heures de grande écoute pour préserver les enfants et les adolescents, sans succès. Un nouvel amendement dans ce sens sera soumis lors du débat au Sénat. De même, l’UFC renouvellera sa proposition de taxation différentielle en fonction de l’intérêt nutritionnel.

– La lutte contre la dénutrition chez les personnes âgées est inscrite dans la version provisoire de la loi. C’est un objectif louable, à concrétiser par des objectifs précis.

  •  Tabac..
  • Pollution
  • Amélioration de l’accès aux soins..
  • Action de groupe en santé..
  • Droit à l’oubli..
  • Données de santé..

lire la suite

Articles relatifs

Communication sur Nutella tout azimut

Michel Texier

Combien de morts faudra-t-il encore avant que la formation à l’hygiène des professionnels ne devienne obligatoire ?

Pascal SIX

Usagers votre santé, vos droits

Pascal SIX