Crédit Logement

Taux immobiliers nouveaux crédits immobiliers

L’appétit des banques pour l’octroi de nouveaux crédits immobiliers semble cette année inextinguible et entraîne encore quelques baisses de taux dans les barèmes du début novembre. Un dernier coup de collier, avant la stabilisation attendue depuis plusieurs mois ?
Cela en deviendrait presque risible. Chaque mois, les courtiers spécialisés annoncent que les taux immobiliers ont finalement atteint leur plancher. Et les mêmes, le mois suivant, annoncent de nouvelles baisses.
Le scénario se répète en ce début de mois de novembre. Les taux moyens, issus des nouveaux barèmes communiqués par les banques, ont encore perdu 5 points de base sur toutes les durées selon le courtier Meilleurtaux, qui annonce du 1,32% sur 15 ans en moyenne, du 1,52% sur 20 ans et du 1,85% sur 25 ans.

75% des crédits accordés à taux négociés
Même constat de nouvelles baisses, comprises entre 0,05 et 0,15%, chez Vousfinancer qui affiche des taux moyens de 1,25% sur 15 ans, 1,45% sur 20 ans et 1,70% sur 25 ans. Le courtier apporte néanmoins une nuance. Ces « baisses concernent les banques qui étaient les moins bien positionnées et qui cherchent ainsi à se remettre dans le marché », explique son président Jérôme Robin.
On retrouve ainsi deux types de comportement sur le marché. D’un côté, quelques enseignes qui font toujours des efforts sur tous les profils ; de l’autre, une majorité qui propose des taux dans la moyenne, mais choisit de réserver des réductions importantes – « jusqu’à 60% » – aux meilleurs profils. « Globalement », estime Jérôme Robin, « 75 % des crédits accordés le sont à des taux négociés, inférieurs à ceux affichés dans les grilles ».

 Aucune banque ne veut être la première à remonter ses taux
Ces nouvelles baisses sont d’autant plus étonnantes qu’elles interviennent en fin d’année, une période où les banques, d’ordinaire, ont tendance à lever le pied après avoir atteint leurs objectifs commerciaux. Mais 2016 est décidément une année hors norme. « Il est intéressant de noter », développe Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, « qu’à ce jour aucun établissement ne nous a indiqué vouloir lever le pied sur le crédit immobilier ni marquer sa volonté de ralentir la conquête client », explique-t-elle. « En d’autres termes, les banques sont toujours à la recherche de dossiers finançables (…) ».
« Dans le contexte actuel, elles conservent des marges convenables sur les crédits qu’elles octroient (…) », confirme Jérôme Robin. En conséquence, « aucune banque ne veut être la première à remonter ses taux ».

Des signes macroéconomiques
Malgré tout, les courtiers sont encore tentés…
source : http://www.cbanque.com/

Articles relatifs

Crédit à la consommation et surendettement : une réforme ambitieuse à compléter

Michel Texier

L’intermédiation locative une solution pour se loger

Michel Texier

Que faire en cas de surendettement ? les conseils de l’Institut national de la consommation

Pascal SIX

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +