Argent Banques

Arrêtons les frais bancaires

Si le début d’hiver a été plutôt doux, la giboulée de frais listés dans le récapitulatif annuel envoyé par votre banque a dû vous refroidir… Régulièrement épinglés pour leur cherté et leur opacité, les frais bancaires n’ont quasiment jamais fait l’objet d’une véritable régulation par la loi. Alors, quand le gouvernement a annoncé vouloir s’attaquer à ce nœud gordien du secteur financier avec son projet de loi de séparation et de régulation des activités ban­caires, je m’attendais à une véritable réforme…

Patatras ! Ce texte, que le Parlement doit discuter dans les prochains jours, manque cruellement d’ambition : pas de suppression des inadmissibles commissions d’intervention et, qui plus est, pas d’information préalable avant tout prélèvement. Comment admettre que les banquiers restent les seuls commerçants à pouvoir se servir sur notre compte sans nous en demander la permission ? L’information préalable est essentielle : comment permettre aux ménages, surtout modestes, de bien gérer leur compte s’ils n’ont connaissance qu’après coup du montant du prélèvement ? De plus, les consommateurs se voient privés de la possibilité de s’opposer aux frais indus avant leur prélèvement avec, comme conséquence, la possible mise en incident du compte. Quand ils sont découverts, le mal est fait. Bref, si l’adversaire de l’actuelle majorité est, comme elle l’affirme, le monde de la finance, alors qu’elle s’attaque sérieusement au dossier des frais bancaires !

Alain Bazot
Président de l’UFC-Que Choisir

http://www.quechoisir.org/argent-assurance/banque-credit/service-bancaire/editorial-banques-arretons-les-frais-2

Articles relatifs

Vos droits Catastrophes naturelles

Pascal SIX

G20 Services financiers, l’absence de véritable concertation explique des principes sans ambition

Michel Texier

GuestsEvents Conventions radié le 27 mai 2016

Michel Texier