Administrations Santé

Nouvelle fournée de déremboursements

Le ménage continue : depuis le 1er décembre, 80 médicaments dont l’efficacité est jugée insuffisante ne sont plus pris en charge. Font partie de la liste Proctolog, Myolastan, Nexen ou encore Hexaquine. Une autre vague devrait suivre en janvier prochain.

Relaxants musculaires (Myolastan), vasodilatateurs (Fonzylane), traitements des crampes (Hexaquine), bains de bouche (Givalex) ou encore anti-hémorroïdaires (Proctolog) : ces familles de médicaments sont particulièrement ciblées par les déremboursements qui sont entrés en vigueur jeudi 1er décembre. Au total, 80 spécialités sont concernées (1). La décision de ne plus les prendre en charge est cohérente, dans la mesure où elles ont toutes été jugées d’une efficacité insuffisante dans leurs indications par la Haute Autorité de santé. Une autre série de déremboursements devrait intervenir en janvier prochain.

Si la publication de cette liste est une bonne nouvelle, tant il est logique que ces médicaments ne soient plus rentabilisés grâce à l’assurance maladie, certains des produits déremboursés devraient carrément être interdits de commercialisation, en raison de leurs effets secondaires. C’est le cas notamment du nimésulide (Nexen et génériques), dénoncé de longue date par la revue médicale indépendante Prescrire.

Une quarantaine d’autres médicaments ont été rayés de la liste des médicaments remboursables, mais il s’agit essentiellement de produits qui ne sont déjà plus commercialisés.

source :   http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/maladie-medecine/medicament/actualite-medicaments-nouvelle-fournee-de-deremboursements

 

Articles relatifs

Un fabricant et une entreprise de vente par correspondance sont épinglés pour tromperie commerciale

Michel Texier

L’UFC-Que Choisir met au banc les mutuelles étudiantes

Michel Texier

Enquête de la DGCCRF sur les étals en poissonnerie

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +