Environnement

L’instance de certification en cause

La ouate de cellulose, également connue sous le nom d’ « isolant de cellulose » ou « isolant cellulosique », est un matériau de construction isolant (dit « écomatériau ») très prisé en écoconstruction. Elle est fabriquée à partir d’environ 85 % de journaux recyclés ; Les 15 % restants étant un additif ignifugeant et fongicide comme l’acide borique (en attendant la mise au point d’un substitut plus écologique ou sûr en terme de santé environnementale ou un mélange de sel d’amonium ignifugeant (ex : sulfate d’ammonium interdit depuis juin 2013 en France) et de biocide.

La ouate de cellulose peut être trouvée en plaque ou en vrac. Elle est idéale pour une pose en toiture, combles, sous-pentes, murs. Elle procure une excellente protection contre le froid en hiver et contre la chaleur en été (très bonne inertie thermique).
Comme tous les matériaux fibreux, sa pose doit se faire avec les protections adéquates, en particulier respiratoires

La ouate de cellulose est un bon isolant, écologique de surcroît. Victime d’erreurs commises par la Commission des avis techniques, qui siège au Centre scientifique et technique du Bâtiment (CSTB), elle vient de traverser une mauvaise passe.

La ouate de cellulose a beau être un isolant performant, à la fois efficace et écologique, il faut avoir les nerfs solides pour travailler dans ce secteur en France. En tout juste un an, les fabricants ont dû respecter deux réglementations successives parfaitement contradictoires. Les experts de la Commission des avis techniques ont pris deux décisions contraires en un temps record. Du jamais vu, qui a mis toute une filière industrielle en péril et causé de graves problèmes aux consommateurs clients.

Le premier acte s’est joué en juin 2012. La Commission des avis techniques qui siège au Centre scientifique et technique du Bâtiment (CSTB) interdit alors de traiter la ouate de cellulose aux sels de bore. Motif : ils sont classés toxiques pour la reproduction. C’est vrai, mais ils restent autorisés comme ignifugeant des isolants. Ils ne sont pas émissifs, ce qui évite tout risque pour les occupants. Les pays dans lesquels la ouate de cellulose s’est imposée comme un isolant de premier ordre depuis plusieurs décennies y ont recours. Mais en France, pour d’obscures raisons, la Commission des avis techniques fait du zèle. Les fabricants sont donc contraints d’abandonner les sels de bore et de passer aux sels d’ammonium.

Dès le mois d’octobre, les plaintes affluent. Des particuliers qui viennent de faire poser de la ouate de cellulose sont obligés de quitter leur logement. Il est devenu irrespirable, envahi par de fortes odeurs d’ammoniac.

  • Défauts du système de certification des isolants à la française…
  • Acte II : c’est le branle-bas de combat…
  • L’acte III vient de se jouer, début juillet…

source : http://www.quechoisir.org/immobilier-logement/achat-vente-travaux/renovation/actualite-ouate-de-cellulose-l-instance-de-certification-en-cause

Articles relatifs

Nitrates, le décret qui augmente la pollution

Michel Texier

Electricité un calcul savant pour recalculer nos factures d’électricité

Michel Texier

Les ampoules à incandescence de 40 watts sont retirées de la vente aujourd’hui

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +