Informatique pratique

Avis de consommateurs, une norme qui ne résout pas tout

Avis de consommateurs, une norme qui ne résout pas tout

L’Association française de normalisation (Afnor) a lancé hier, mercredi, la toute première norme au monde sur les avis de consommateurs. Sur les sites qui répondent aux exigences de ce texte, les faux avis de consommateurs devraient être réduits à la portion congrue. Reste à savoir si elle sera appliquée massivement…

Il aura fallu 18 mois de travaux sous l’égide de l’Afnor pour que les acteurs concernés par les avis de consommateurs sur Internet se mettent d’accord. Désormais, tout site se déclarant conforme à la norme NF Z 74-501 devra notamment vérifier l’identité de l’auteur de l’avis et lui demander son adresse e-mail ou son numéro de téléphone pour pouvoir le contacter le cas échéant. Il devra aussi proposer à l’internaute qui laissera un avis de lui fournir un justificatif prouvant qu’il a bien séjourné dans l’hôtel ou fréquenté le bureau de poste sur lequel il exprime son point de vue. Une facture d’achat ou une photo lui seront demandés. Si l’internaute ne le fait pas, son avis sera publié avec une mention selon laquelle il n’a pas été certifié. Autres dispositifs imposés : les avis ne pourront plus être modifiés (même pour corriger les fautes d’orthographe) et le professionnel aura la possibilité de répondre à un avis qui le met en cause, voire de joindre des photos ou des vidéos pour prouver sa bonne foi.

  • Une application confidentielle ?…
  • Les principales exigences de la norme…
  • Au moment de la collecte de l’avis…
  • Lors de la modération…
  • Dans l’affichage des avis…
  • Reconnaître les faux internautes, cas pratique…

source : http://www.quechoisir.org/commerce/marketing-fidelisation/actualite-avis-de-consommateurs-une-norme-qui-ne-resout-pas-tout

Articles relatifs

Les fichiers pdf sont incontournables sur le site UFC Que Choisir et sur Internet

Pascal SIX

Windows 10 ralentit les PC

Michel Texier

Détournant l’image des Allocations familiales, de l’Assurance maladie ou de Pôle emploi, des sites web conduisent les internautes à appeler un numéro lourdement surtaxé.

Michel Texier