Consommation Environnement

Tri et recyclage des déchets la Cour des comptes enfonce le clou

Tri et recyclage des déchets la Cour des comptes enfonce le clou

 

Dans son rapport annuel 2016 qui vient d’être publié, la Cour des comptes s’intéresse aux éco-organismes chargés de la gestion des déchets recyclables. Un bilan qui fait écho au constat sévère dressé par l’UFC-Que Choisir au printemps dernier.

Plus de 1 milliard d’euros versés chaque année par les consommateurs aux éco-organismes qui gèrent les filières des déchets recyclables, mais une efficacité qui n’est pas au rendez-vous. Des objectifs de tri et de recyclage pas atteints, des dépenses de communication pharaoniques mais sans effet, des sanctions inexistantes malgré les dérives, des consignes et des logos de tri disparates, tel était le sévère constat dressé par l’UFC-Que Choisir au printemps dernier.

Cette analyse est désormais confortée par le rapport annuel de la Cour des comptes qui vient d’être publié. Des moyens importants pour un bilan contrasté, tacle la haute juridiction. « Les objectifs fixés par la réglementation française ne sont, la plupart du temps, pas atteints, sans que l’État ait jamais prononcé de sanction », a observé le président de la Cour, Didier Migaud, en présentant le rapport.

Entre des résultats qui tendent à plafonner, des campagnes de publicité centrées sur l’autopromotion et non sur le geste de tri, des messages multiples présents sur les produits, l’absence d’une consigne de tri claire pour les consommateurs et l’absence de sanctions lorsqu’un éco-organisme n’atteint pas ses objectifs, les critiques sont nombreuses. Elles portent aussi sur la transparence des coûts qui doit être accrue, des charges de personnel élevées et qui augmentent rapidement, les provisions pour charges futures et une trésorerie parfois excessives, sans oublier les carences de l’État qui doit renforcer son rôle de régulateur.

Le gouvernement et le Parlement seront-ils plus sensibles aux arguments de la Cour des comptes qu’aux critiques fondées de l’UFC-Que Choisir ? C’est hautement souhaitable pour les consommateurs, car ce sont eux qui financent bien malgré eux ce curieux système où des sociétés privées utilisent leur argent sans avoir à vraiment rendre de comptes.

Recyclons la politique de prévention et de tri UFC 23 avril 2015 

source http://www.quechoisir.org/

Articles relatifs

Vente annulée pour vice caché la résolution de la vente n’entraine pas indemnisation au profit du vendeur pour l’usage du bien

Pascal SIX

Droit consommation européenne, Viviane Reding passée « à la question » !

Michel Texier

Erreur de prix

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +