Santé

Attention aux compléments alimentaires à base d’orange amère

compléments alimentaires

 

Produits pour maigrir : attention aux compléments alimentaires à base d’orange amère

Les compléments alimentaires à base d’orange amère (Citrus aurantium), à visée amaigrissante, exposent à des risques cardiovasculaires.
Les fruits verts de Citrus aurantium, ou orange amère, utilisés à visée amaigrissante, contiennent de la synéphrine, un stimulant cardiovasculaire. En France, cette plante a été interdite à la prescription, et dans les préparations à visée amaigrissante, en raison de troubles cardiovasculaires auxquels elle expose. Cependant, des compléments alimentaires à base de Citrus aurantium contenant environ 5 mg de synéphrine par gélule sont commercialisés.

Durant la période de mars 2004 à octobre 2006, l’Agence canadienne du médicament a reçu 21 notifications d’effets indésirables avec le Citrus aurantium ou la synéphrine. Parmi les 15 notifications d’effets indésirables cardiovasculaires, 10 étaient graves, dont un infarctus du myocarde. En France, de 2009 jusqu’à fin 2013, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a enregistré 40 effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires à base de Citrus aurantium. Parmi les 18 notifications pour lesquelles une imputabilité est retenue, on compte 4 cas de troubles cardiovasculaires, dont 2 infarctus du myocarde et 2 troubles du rythme cardiaque. Ces compléments alimentaires contenaient aussi de la caféine dont les effets sur la fréquence cardiaque et la pression artérielle s’additionnent avec ceux de la synéphrine.

L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a fixé la dose maximale de synéphrine à 20 mg par jour pour les compléments alimentaires, en raison des effets cardiovasculaires. Certains jus d’agrumes peuvent contenir jusqu’à 280 mg/l (certaines mandarines).

Les compléments alimentaires à base de Citrus aurantium n’ont pas d’intérêt démontré pour perdre du poids, mais ils exposent à des troubles cardiovasculaires graves. Mieux vaut éviter d’en consommer.

le lien :

Attention, se faire son opinion.

 

Articles relatifs

Le livre des professeurs Philippe Even et Bernard Debré accuse 56 médicaments d’être inutiles ou d’avoir des risques biens supérieurs à leurs bénéfices.

Michel Texier

Ostéoporose l’intérêt du Prolia revu à la baisse

michel tex

La santé à crédit par Alain Bazot

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +