Arnaques

Publicité et démarchage à domicile, attention

 Publicité et démarchage à domicile

Faites attention maintenant messieurs les professionnels, les consommateurs ne seront plus  » les gogos « .

Article L121-21 du code de la consommation
Modifié par LOI n°2014-1545 du 20 décembre 2014 – art. 54

  • Le consommateur dispose d’un délai de quatorze jours pour exercer son droit de rétractation d’un contrat conclu à distance, à la suite d’un démarchage téléphonique ou hors établissement, sans avoir à motiver sa décision ni à supporter d’autres coûts que ceux prévus aux articles L. 121-21-3 à L. 121-21-5. Toute clause par laquelle le consommateur abandonne son droit de rétractation est nulle.

Le délai mentionné au premier alinéa du présent article court à compter du jour :

1° De la conclusion du contrat, pour les contrats de prestation de services et ceux mentionnés à l’article L. 121-16-2 ;

2° De la réception du bien par le consommateur ou un tiers, autre que le transporteur, désigné par lui, pour les contrats de vente de biens et les contrats de prestation de services incluant la livraison de biens. Le consommateur peut exercer son droit de rétractation à compter de la conclusion du contrat.

Dans le cas d’une commande portant sur plusieurs biens livrés séparément ou dans le cas d’une commande d’un bien composé de lots ou de pièces multiples dont la livraison est échelonnée sur une période définie, le délai court à compter de la réception du dernier bien ou lot ou de la dernière pièce.

Pour les contrats prévoyant la livraison régulière de biens pendant une période définie, le délai court à compter de la réception du premier bien.

Lorsque le contrat ayant pour objet l’acquisition ou le transfert d’un bien immobilier est précédé d’un contrat préliminaire prévu à l’article L. 261-15 du code de la construction et de l’habitation ou d’une promesse synallagmatique ou unilatérale de vente, conclus hors établissement, le délai de rétractation court à compter de la conclusion de ce contrat préliminaire ou de cette promesse.

Pour les contrats ayant pour objet la construction de biens immobiliers, le délai de rétractation court à compter de leur conclusion.
NOTA :Conformément à l’article 34 de la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014, ces dispositions introduites par l’article 9 de ladite loi s’appliquent aux contrats conclus après le 13 juin 2014.

Donc, l’envoi d’un courrier publicitaire au domicile d’un particulier constitue un démarchage à domicile.
Selon un Arrêt de cassation sans renvoi de la Chambre civile de la Cour de Cassation rendu le 04/02/2015, le contrat conclu sur le lieu d’exercice permanent et habituel du professionnel mais à la suite de l’envoi d’une lettre publicitaire au domicile du consommateur est considéré comme un contrat hors établissement.

  • Le consommateur peut donc se prévaloir du régime juridique protecteur applicable au démarchage à domicile prévu par le Code de la consommation.

Arrêt de la Cour de Cassation, Chambre civile, rendu le 04/02/2015, cassation sans renvoi (14-11002)

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X…, qui avait reçu à son domicile une lettre datée du 18 novembre 2005, adressée aux personnes inscrites sur le fichier clients de la société Gauduel automobiles et offrant l’entretien durant trente-six mois sur un véhicule Jaguar X Type ou S Type ou deux mensualités de crédit pour toute réservation d’une voiture neuve avant le 31 décembre 2005, outre une reprise majorée de 3 000 euros au regard des conditions générales de l’Argus pour la reprise d’une ancienne Jaguar, s’est rendu dans les locaux de la société Gauduel automobiles, où, le 28 novembre 2005, la société FCE Bank PLC, exerçant sous l’enseigne Jaguar finance, lui a consenti un contrat de location avec option d’achat portant sur un modèle Jaguar type X 2.0, d’un prix de 32 405 euros payable en vingt-cinq mensualités, dont la première incluait la valeur de reprise de son ancien véhicule alors remis à la société Gauduel automobiles ; qu’invoquant avoir fait l’objet d’un démarchage irrégulier, M. X… a assigné la société Gauduel automobiles et la société FCE Bank PLC en annulation du contrat, en restitution de la mensualité par lui réglée et en indemnisation ;

Attendu que, pour rejeter ses demandes, l’arrêt énonce que le contrat de location avec option d’achat ayant été conclu dans un lieu destiné à la commercialisation, c’est à tort que le premier juge a retenu que M. X… pouvait bénéficier de la protection accordée à la conclusion d’un contrat résultant de démarchage à domicile, soit le respect du délai de réflexion de sept jours, la remise d’un contrat et l’interdiction de percevoir une contrepartie financière durant le délai de réflexion ;

Qu’en statuant ainsi, alors qu’elle avait constaté que M. X… avait reçu à son domicile la lettre circulaire l’incitant, par le biais de cadeaux offerts, à se faire livrer un véhicule neuf et qu’à la suite de cette correspondance, il s’était déplacé dans les locaux de la société Gauduel automobiles pour conclure un contrat de location portant sur un véhicule Jaguar neuf avec option d’achat, d’où il résultait que M. X… avait fait l’objet d’un démarchage, la cour d’appel n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations et a violé le texte susvisé ;

Par ces motifs

Casse et annule      Mme BATUT, Président

 

Articles relatifs

Méfiez-vous des jeux à gratter proposés sur votre lieu de vacances à l’étranger

Michel Texier

Carte de police : reconnaître le vrai du faux ?

Pascal SIX

Promotion mensongère à Carrefour Puget

Pascal SIX