Energie Environnement

Compteurs communicants Linky l’intérêt des consommateurs court-circuité

Compteurs communicants Linky l’intérêt des consommateurs court-circuité

L’UFC-Que Choisir regrette la décision hâtive d’Eric BESSON de généraliser les compteurs communicants, appelés à remplacer les 35 millions de compteurs électriques actuels, dès lors que ces compteurs sont aujourd’hui sans avantage décisif pour le consommateur et qu’ils pourraient lui coûter très cher.

– Une décision précipitée face aux errements de l’expérimentation :

La décision de généralisation a été prise bien que les objectifs assignés aux expérimentations menées en Touraine et à Lyon n’ont pas été atteints. Le planning des poses n’a pas été tenu et de nombreuses défaillances techniques ont été relevées (les compteurs sautaient un peu trop facilement et la télétransmission des données ne se faisait pas). Mais au-delà de ces difficultés techniques, l’impact sur la maîtrise de la demande énergétique n’a pas été évalué. En effet, contrairement à ce que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé le 7 juillet dernier, Linky n’a pas permis aux consommateurs, à qui a été imposée l’expérimentation, de réduire leur facture.

– La maîtrise de la consommation énergétique : la grande oubliée !

Contrairement à l’engagement pris dans la loi Grenelle 1, les compteurs communicants ne permettent pas aujourd’hui aux consommateurs de « mieux connaître leur consommation d’énergie en temps réel et ainsi de la maîtriser ». Pour maîtriser sa consommation d’électricité, il est indispensable de disposer, dans l’espace de vie, d’informations en temps réel sur sa consommation ainsi qu’un bilan de sa consommation, c’est ce que l’on appelle l’affichage déporté. Après l’ADEME, le médiateur de l’énergie, la FNCCR et l’UFC-Que Choisir, la présidente du groupe de travail gouvernemental « Ménages » sur l’efficacité énergétique l’a réclamé mais le gouvernement reste sourd à cet avantage pourtant décisif pour le consommateur. Bien décidés à faire de ce nouveau ¬compteur leur poule aux œufs d’or, les fournisseurs d’électricité entendent proposer cet affichage en temps réel comme un service payant… Quelle belle idée du développement durable et de la possibilité pour tous, notamment les plus modestes, de maîtriser leur consommation électrique?!

– Une gratuité loin d’être assurée :

Malgré l’engagement pris d’une gratuité pour les consommateurs, tout porte à croire que ceux-ci le paieront via le TURPE (le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité), le prix exorbitant de l’appareil. En effet, le coût de l’appareil est particulièrement élevé (entre 120 euros et 240 euros par compteur *(1)) si l’on compare avec les exemples étrangers (80 euros en Italie, où ce dernier est financé par le fournisseur Enel).
Les vrais bénéficiaires du déploiement de 35 millions de compteurs communicants seront donc le gestionnaire de réseau qui verra notamment diminuer ses coûts de relève des compteurs, et les fournisseurs d’électricité qui pourront multiplier les offres tarifaires et taxer au prix fort le moindre dépassement.
Refusant que la généralisation des compteurs communicants se fasse au détriment des consommateurs, l’UFC-Que Choisir réitère ses demandes :
•Imposer la mise à disposition gratuite pour les consommateurs des informations permettant de maîtriser mieux sa consommation d’énergie via un affichage déporté.
•Refuser tout financement du déploiement qui soit supporté, directement ou indirectement, par le consommateur.

*(1) ERDF annonce que le déploiement coûtera 4 milliards d’euros soit 120 euros par compteur quand la FNCCR parle d’un budget de déploiement 2 fois supérieur

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/communique-compteurs-communicants-l-interet-des-consommateurs-court-circuite

Mise à jour

Commission de suivi mis en place par le ministre Luc Besson :
Une commission a été réunie par le ministre Luc Besson pour organiser un comité de fusion à partir duquel il rappellera les points de collectivités suivants:

Clarté des coûts préalablement à la pose généralisée des compteurs.

Intégration d’un afficheur déporté dans le dispositif.

Intégration de ligne qui sera un système d’effacement local

Évaluation en fonction des avantages et inconvénients des consommateurs, préalablement à toute généralisation.

Fin de l’expérimentation en mars 2011 sur certaines régions.

Le compteur Linky entre dans les coûts de gestion du réseau, qui seront effectivement répercutés sur les utilisateurs, non par une facture individuelle d’un montant de 240 euros, mais par prélèvement mensuel de l’abonnement augmenté de 2 euros pendant 10 ans.

Nous n’avons absolument pas le droit de refuser.
Pour ceux qui ont fait partie d’une expérimentation, le coût ne leur serait pas répercuté ( ?? )

Expérimentation fin mars 2011. Une période renouvelable peut-être mise en place par le comité de la commission de régularisation de l’énergie.

dossiers réactualisés 2011 à 2013

Articles relatifs

Gaz au prix du marché, suite

Michel Texier

Panneaux solaires gare à l’ombre des arbres

Michel Texier

15 jours pour rembourser les trop percus . Du sport en perpective!

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +