Alimentation

Envolée des prix de la volaille de 26 % en cinq ans : les consommateurs en ont assez de se faire plumer

Volaille

A la veille su salon de l’agriculture, l’UFC QUE CHOISIR démontre sur la base d’une analyse de l’évolution des prix du poluet et de la dinde en grande surface(1) qu’éleveurs te consommateurs snt une nouvelle fois les dindons de la farce jouée par les intermédiaires qui leur confisquent la baissecontinue observée sur les cinq derniers mois sur le prix agricole de la volaille.

Suite à la baisse du prix des céréales, le prix auquel les éleveurs vendent leurs volailles aux industriels a logiquement baissé de 2,5 %. Mais en rayon, quasiment aucune baisse n’a été consentie aux consommateurs. Ainsi, sur les dix derniers mois le prix du poulet a continué à augmenter ( 3,7 %), quant à la dinde, son prix a explosé ( 6 %) !
Si l’on analyse ces chiffres de plus près, c’est dans les produits de marques nationales et de marques distributeurs que l’on observe le plus ce retard à répercuter les baisses. Au rayon poulet, l’escalope « Le Gaulois » a gagné 4,5 % et le filet de poulet jaune des « Magasins U » (240 g) 8 %. Pour la dinde, l’escalope « Maître Coq » (240 g) a pris 6,2%, mais c’est l’escalope « Volaé » d’Intermarché (240 g) qui s’est littéralement envolée avec 13,2 % d’augmentation !

C’est uniquement pour les produits 1 prix que les industriels et les distributeurs répercutent assez fidèlement aux consommateurs l’évolution des prix agricoles. Ainsi pour le filet de dinde premier prix, l’augmentation globale s’est limitée à 2,5 %, quant au poulet, il a même consenti une baisse de 1,3 % ! Malheureusement, compte tenu du faible nombre de références disponibles en rayon et de leur part de marché réduite (de l’ordre de 10 %), ces produits premiers prix pèsent trop peu pour avoir un impact sensible dans l’évolution globale des prix de la volaille.

Cette nouvelle hausse injustifiée ne fait que s‘ajouter aux précédentes qui, mises bout à bout, portent à 26 % l’augmentation du prix de la volaille sur les cinq dernières années, alors que sur la même période l’inflation pour l’ensemble des produits alimentaires était de 10,8 %. Les intermédiaires entonnent donc à nouveau le refrain « Marge à l’ombre » déjà entendu en 2007-2009, où après avoir répercuté de fortes hausses des matières premières agricoles, ils avaient confisqué la baisse de prix
au détriment des consommateurs.
Dans la droite ligne du pacte consumériste adressé aux candidats à l’élection présidentielle, l’UFC- Que Choisir entend que soit garantie la corrélation entre les prix agricoles et les prix en rayon sur les produits bruts ou peu transformés, et demande donc la mise en place du coefficient multiplicateur, seul dispositif à même de contraindre les professionnels à répercuter les baisses de prix aux consommateurs.

(1)
Etude d’évolution des prix pour 13 références de filet de poulet et d’escalope de volaille, réalisée entre mars et décembre 2011, sur 237 hypermarchés et supermarchés, dans 75 départements.

www.ufcquechoisir.org

Articles relatifs

Les oeufs sont-ils frais ou pas ?

Michel Texier

Aujourd’hui entre en vigueur l’autorisation européenne de l’acide lactique pour nettoyer les carcasses de bovins .

Michel Texier

Viande de cheval par notre président Alain Bazot

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +