Santé

Knacki Ball un jugement qui ne mâche pas ses mots

Knacki Ball  un jugement qui ne mâche pas ses mots par 60 millions de consommateurs

 

La société Herta est condamnée pour ne pas avoir assez alerté les consommateurs de Knacki Ball sur le risque de suffocation des jeunes enfants.

Le 29 mai 2012, la vie de la famille Tran bascule : la petite dernière, Mayline, s’étouffe en mangeant une saucisse Knacki Ball de la marque Herta. Malgré l’intervention de son père, puis des pompiers, la fillette est victime de quatre arrêts cardiaques avant de tomber dans le coma. Alors que les médecins envisagent un arrêt des soins, elle s’en sort miraculeusement au bout de quelques semaines.

Le 10 mai dernier, le tribunal de grande instance de Paris a jugé que Herta était entièrement responsable de cet accident et l’a condamné à verser plus de 150 000 € à la famille en réparation du préjudice subi.
Un avertissement insuffisant

« Ne pas donner ni laisser à la portée d’enfants de moins de 4 ans ; ils risqueraient d’avaler sans mâcher » : c’est l’avertissement qu’Herta affiche sur les boîtes de ses mini-saucisses de Strasbourg. Mais pour le juge, cette mention n’est pas suffisante car elle n’alerte pas le consommateur sur le risque majeur pour les jeunes enfants, à savoir la suffocation ou l’étouffement. La mise en garde doit être proportionnée, estime le juge.

« Le tribunal a aussi pointé la forme ludique du produit qu’on associe plus à une friandise qu’à de la charcuterie et qui le rend très attractif pour les enfants », explique Emmanuel Tran.

Contacté, le président d’Herta, Arnaud de Belloy, indique que la décision de faire appel ou pas de ce jugement n’a pas encore été prise. Il explique que le message d’avertissement a été apposé dès 2008 sur les boîtes de Knacki Ball. La lisibilité du message et du pictogramme d’un bébé barré sur le pot a même été renforcée par l’utilisation d’un fond noir.

  • Au moins trois accidents mortels…
  • Une texture qui adhère plus ?..
  • Couper dans le sens de la longueur…

source http://www.60millions-mag.com/

Articles relatifs

Tiers payant intégral Le Conseil constitutionnel met son veto

Michel Texier

Que de questions sur la cigarette électronique

Michel Texier

Vastarel remis en question par les divergences entre l’Agence européenne du médicament (EMA) et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Michel Texier

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +