Commerce

Samsung illutionniste

Dans pratiquement tous les réseaux de distribution, en magasin ou sur Internet, impossible de ne pas tomber sur un téléviseur de marque Samsung pour qui cherche à s’équiper d’u nouveau poste. La marque coréenne multiplie les modèles dans toutes les tailles d’écran. Une stratégie de multiplication des références efficace mais qui a tendance à désorienter les consommateurs.

explications :

En quelques années, Samsung est devenu le numéro un mondial du téléviseur. Place qui est aussi la sienne sur le marché français, assez loin devant son premier concurrent LG, autre groupe coréen. Les fabricants japonais, tels que Sony, Panasonic ou encore Toshiba, de même que le néerlandais Philips, sont devancés depuis longtemps. Néanmoins, le paysage du téléviseur est en train de changer : les concurrents à venir des deux Coréens se situent très certainement en Chine.

Une multitude de références
Comme le montrent régulièrement les résultats de nos tests de téléviseurs, Samsung doit sa réussite à la qualité de ses produits et à ses nombreuses innovations. Mais la politique de référencements et de prix adoptée par la marque n’est pas sans influence sur les volumes vendus. Elle dispose en effet d’un catalogue impressionnant, du bas au plus haut de gamme, dans toutes les tailles d’écrans. Résultat, il est rare de trouver des points de vente sans modèles Samsung. Certains réseaux de distribution tels que Darty, Boulanger ou Connexion ont même des références de ce fabricant propres à leur réseau. Le consommateur, lui, a bien du mal à s’y retrouver. Or, en y regardant de près, on s’aperçoit que le choix n’est pas si pléthorique et que de nombreux modèles, bien que portant des références différentes, sont très similaires. Parfois, ils sont même absolument identiques.

  • Une référence type d’un téléviseur Samsung

Des chiffres et des lettres
Pour y voir plus clair, voici quelques informations qui permettront à l’acheteur de mieux décrypter les gammes de l’industriel. Ainsi, tous les téléviseurs Samsung proposent une référence du type UE40F7000 ou PS43F4900. À partir de ces exemples, il est assez simple de comprendre cette combinaison de lettres et de chiffres.

  •  UE et PS sont des préfixes qui font référence à la technologie de la dalle : UE pour LCD à rétroéclairage à LED et PS pour un écran plasma.
  •  Le nombre qui suit ce préfixe, « 40 » et « 43 » dans notre exemple, correspond à la taille de l’écran donnée en pouces (il faut le multiplier par 2,54 pour avoir la correspondance en cm).
  • La lettre suivant la taille de l’écran se rapporte à l’année de sortie du modèle. « F » correspond à la collection Samsung 2013 arrivée sur le marché français au cours de ce printemps. L’année d’avant, ce sont les lettres « ES » qui avaient été retenues pour la collection (par exemple, UE40ES7000). De fait, si on essaye de vous vendre un modèle intégrant dans sa référence ces deux lettres, il s’agit d’un modèle de 2012 qui est en fin de vie. Cela peut être une bonne affaire à condition que le prix soit significativement plus bas que celui du modèle de l’année en cours. Par exemple, en ce début d’été 2013, on trouve encore le modèle UE40ES7000, sorti donc en 2012, à 990 € sur Internet alors que l’UE40F7000, mis sur le marché il y a quelques semaines, est proposé à partir de 1 300 €. Une différence de 310 € qui se justifie essentiellement par un nouveau design, les performances mesurées lors de nos tests étant très proches entre ces deux modèles.
  •  Enfin, les nombres 7000 et 4900, toujours dans nos deux exemples cités, indiquent la série. Samsung en propose six, de la série 4000, l’entrée de gamme à la série 9000, le plus haut de gamme. Dans certaines séries, le nombre de références peut parfois dépasser la dizaine.
  • Beaucoup de modèles semblables

Une fois ces indices donnés, reste à se pencher sur les séries elles-mêmes.

Celles de plus haut de gamme sont les moins nombreuses. Dans la série 8000, par exemple, les modèles 8000 et 8500 sont absolument identiques à l’exception de l’esthétique des pieds.

Du côté de la série 7000, on constate des différences de design, mais aussi de dalles ou encore de haut-parleurs. Par conséquent, on ne peut pas les considérer comme similaires. Les équipements intégrés sont toutefois les mêmes et, surtout, les tests réalisés ces dernières années indiquent que les performances obtenues sont en tout point comparables et ce, quelle que soit la taille d’écran considérée.

Mais c’est dans les séries inférieures que les références pullulent, certaines n’étant même pas indiquées dans le catalogue du fabricant. Et fréquemment, ces diverses références peuvent être assimilées à un seul et même produit. Ainsi, seul le design distingue les modèles 6500 et 6510. Les téléviseurs 6400 et 6500 sont également identiques à l’exception d’un traitement de l’image sensiblement différent. Mais, là encore, nos tests révèlent que ces appareils affichent les mêmes performances.

Quant aux appareils des séries 6600, ils sont disponibles dans plusieurs versions : 6640, 6650 ou encore 6670. Des versions similaires mais vendues dans des points de vente uniques. Chez Darty pour le 6670, dans le réseau Euronics pour le 6650 et chez Expert/Connexion pour le téléviseur 6640.

À ce jeu du décryptage, on pourrait continuer longtemps tellement les références et les modèles équivalents sont nombreux. Pour résumer, retenez que vous pouvez sans grand risque considérer que les appareils au sein des séries 5000 et 6000 sont équivalents tant en termes d’équipements que de performances. Pour les références des séries 7000 et 8000, les résultats sont très similaires mais le design et quelques fonctionnalités diffèrent légèrement. Quant aux séries 4000, le bas de gamme de Samsung que nous testons peu, il est probable qu’elles suivent les mêmes règles.

source :     http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/image-son/photo-video/actualite-televiseurs-les-tours-de-passe-passe-de-samsung

 

 

 

Articles relatifs

Entreparticuliers.com Condamnation confirmée

Michel Texier

E-commerce Numeristock.fr ne répond plus

Michel Texier

Conditions Générales de Vente : la mort de la case à cocher ?

Pascal SIX